Citrouilles surprises!

Par Isabelle Millaire

L’an passé, comme à chaque année, j’ai acheté des citrouilles pour l’Halloween.

Des orange et des blanches.

Comme à chaque année, les enfants ont pris plaisir à les décorer.

Surtout les blanches, sur lesquelles la peinture était beaucoup plus visible.

Comme à chaque année, je n’ai pas eu le temps de toutes les transformer en purée, tartes, soupes, biscuits, etc.

Mais – roulement de tambour – pour éviter que la citrouille non mangée et un peu ramollie finisse platement dans le compost, je l’ai lancée à bout de bras dans le jardin! C’est que j’ai lu, quelque part sur Internet, que les oiseaux aimaient la chair de citrouille ainsi que leurs graines.

J’aime les oiseaux. Les oiseaux aiment la citrouille. L’équation est simple.

Je ne peux pas dire que j’ai vu un engouement des oiseaux pour ma citrouille dans le jardin.

Crédit photo: Guy Edoin

Je ne peux pas dire non plus que j’ai vraiment observé mon jardin et l’activité (ou la non-activité) qui s’y déroulait.

Le printemps venu, j’ai planté des carottes. Plein de carottes dans mon jardin.

Quatre carottes ont poussé. Pas génial comme moyenne.

Tout à coup, j’ai vu quelque chose pousser dans mon jardin.

Des concombres ou des zucchinis, ai-je cru. À tort.

Les grosses fleurs jaunes ne sont pas devenues de petits cylindres verts, mais plutôt des petites boules blanches…

Je n’ai pas fait le lien tout de suite avec l’Halloween dernier.

C’est seulement lorsque les boules ont grossi et ont pris des airs de mini citrouilles que j’ai compris: à défaut de carottes, nous allions avoir une méchante batch de citrouilles-fantômes!

Je ne sais pas si toutes les mini citrouilles blanches deviendront grosses. Mais je peux vous dire que nous sommes encore tous ébaubis de leur apparition. Même l’homme. Mimone a photographié fièrement les deux premières qu’on a remarquées. Et elle surveille quotidiennement leur croissance.

Et qu’en est-il des carottes? vous demandez-vous sûrement.

Des quatre carottes, il n’en reste que trois.

Parce que j’ai été trop pressée, Mimone a dégusté une carotte toute rikiki. Mais elle a été charmée son goût! Fiou!

Les trois autres prennent du gabarit.

Photos par Marie-Soleil Condrain & Guy Edoin

J’ai presque envie de les laisser enfouies tout l’hiver. Si, si, on peut faire ça. Mon ami Guy l’a fait et il a cueilli de belles carottes en janvier. OK, c’était peut-être en mars. Mais peu importe.

Marie, une autre amie, a fait pousser des patates grelots. Et des melons. Volontairement, entendons-nous. Elle dépose son petit dernier (je parle de son dernier bébé, pas de son dernier melon, là) par terre, dans l’herbe, et cueille les fruits et les légumes de son jardin avec les plus grands.

Spontanément, la plupart des enfants aiment la terre, alors c’est un beau cadeau que de leur apprendre très tôt comment s’en occuper pour la faire fructifier.

Les mains dans la terre et la tête dans les nuages, n’est-ce pas l’un des plus beaux apprentissages qui soit?

septembre 08, 2020 — Isabelle Millaire

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d’être publiés.