illustration-lebon-trait-dunion
Sorties & Culture

Recette à 4 mains

Par Hélène Lebon et Joanna Gence

Ma fille des îles, 

Je connais ton amour pour la cuisine et pour l’Asie, alors pour poursuivre la jolie série d’articles et de recettes échangées, comme Isa et Gen ou Cheryl et Marlène, je te propose de nous lancer dans l’aventure. 

Tu connais ma passion pour le Japon et pour l’Asie moi aussi, alors j’imagine que tu vois où je m’en vais avec tout ça! J’aime bien cette complicité qu’on s’est créée à échanger autour de tel ou tel plat, telle épice, mon côté salé et toi sucré. Quand tu as rejoint Lebon Trait d’union, je ne sais pas si tu t’attendais à nous avoir de la Réunion à Manchester, dans ton quotidien. Mais on est là et même si on ne s’est jamais vue en personne toutes les deux, je t’aime beaucoup et il me tarde de pouvoir partager un thé, un repas avec toi. 

Quand je t’ai parlé de cet article, tu as plissé tes yeux en amande et secoué les jolies boucles des mèches qui entourent ton visage. Je suis sûre que la gourmande en toi devait déjà penser à la recette que tu allais me proposer! Alors aujourd’hui, je te partage une recette que j’ai testée il y a quelques semaines et que j’ai déjà fait deux ou trois fois. Oui, c’est japonais donc, et oui, il y a de l’aubergine, je te propose «Nasu Katsu»! Je trouve cette recette réconfortante. Je l’associe à la lecture de mon livre coup de cœur dont j’ai parlé dans le podcast littérature, La Péninsule aux 24 saisons. Quand j’étais au Japon, j’ai été frappée par ce respect pour la nourriture, ce lien avec l’assiette… Tu avais remarqué ça toi aussi? Dans le roman, c’est pareil, il y a la nature, ce qu’elle mange, les légumes avec ses voisins…

Alors voici: 

Bon à savoir, ça n’est pas très long à faire donc le mieux, c’est encore de ne faire que la portion que l’on va manger car ça se réchauffe plus ou moins bien. Ça se fait quand même, cela dit et, pour ne pas perdre trop le croustillant, je les ai fait réchauffer dans la poêle à feu doux, puis moyen. Pas besoin d’ajouter d’huile; il faut juste retourner souvent et surveiller.


Ma chère Hélène,

Je pense que c’est un peu grâce à notre passion commune pour la culture, langue et gastronomie japonaise qu’on est devenues proches en si peu de temps lorsque je t’ai rencontrée il y a bientôt deux ans déjà ! Tu sais bien que je ne manque jamais une excuse pour parler de nourriture, alors la grande gourmande que je suis a accepté sans trop rechigner quand tu m’as proposé cet échange de recettes.

Si j’adore la cuisine japonaise et que j’ai bien hâte de tester ta recette de «Nasu Katsu», moi je te propose une recette toute simple qui me transporte en Corée à chaque fois.

J’ai découvert la cuisine coréenne à travers mon écran quand j’étais plus jeune et lorsque j’ai rendu visite à l’une de mes amies proches en Corée en 2018, je dois dire que je n’ai pas été déçue! À tel point que c’est devenu pour moi un challenge d’essayer de recréer les différentes recettes que j’ai pu découvrir lors de mon voyage dans ce beau pays que je t’encourage vivement à visiter lors de ta prochaine excursion en Asie.

Je voulais te proposer une recette facile à réaliser et qui ne nécessite pas beaucoup d’ingrédients, alors j’ai choisi une recette de «ramyun», les ramens coréens qui sont un incontournable!

Tu pourrais te contenter d’un sachet de ramen «Shin Ramyun» que tu peux déguster comme ça, mais moi, je n’aime pas faire les choses à moitié!

Voici les ingrédients:

1 sachet de ramen «Shin Ramyun»
Des oignons verts
Du fromage
Un œuf
Du kimchi

Étapes:

1. Faire bouillir de l’eau et y ajouter les épices et la poudre pour la soupe, ainsi que les nouilles.

2. Une fois que les nouilles sont presque prêtes, rajouter l’oeuf.

3. Couvrir et attendre quelques minutes que l’œuf cuise

4. Pour finir, rajouter par-dessus du fromage et des oignons verts coupés (j’aime bien aussi rajouter un filet d’huile de sésame pour encore plus de saveurs!)

5. Déguster avec du kimchi ou du daikon/danmuji (radis mariné) à côté.

Il existe mille et une façon de déguster les nouilles coréennes, mais c’est celle-ci que je préfère. C’est réconfortant après une longue journée, ça réchauffe en hiver et c’est un plat que j’apprécie encore plus quand je regarde une émission coréenne en même temps. J’ai bien hâte qu’on puisse cuisiner ensemble, mais en attendant j’espère que cette recette te plaira!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *