LEBON Trait d'union
Sorties & Culture

Une pomme par jour éloigne le médecin pour toujours!

Par Isabelle Millaire

Chez moi, pas besoin de cet adage pour faire manger des pommes à mes enfants! La pomme avec son croquant naturel a de quoi leur plaire: sucrée mais santé, j’accepte volontiers qu’ils en mangent à satiété! Quoi? Maman ne dit pas non? Hop! On recommence! On « cric », on « crac », on croque! Aussi, chaque fois qu’on part au verger, je ne prépare ni goûter ni dîner, car je sais que les petits bedons seront bien remplis de pommes fraîchement cueillies!

Lou et Mimone aiment particulièrement grimper dans l’échelle pour aller chercher le fruit le plus haut perché! C’est d’ailleurs précisément ce fruit dûment choisi qui, le premier, est dévoré. Pour ensuite être suivi par cinq ou six autres rapidement engloutis! Oui, oui, cinq ou six! OK, j’avoue qu’après la troisième pomme, ils mangent moins vite et laissent de gros cœurs à maman… qui se les met sous la dent goulument!

Aller aux pommes, c’est vraiment signe que l’automne, avec sa rentrée scolaire, est arrivé. Quand j’étais jeune, l’autocueillette de pommes était plus souvent qu’autrement une activité que l’on faisait avec notre classe. Une sortie éducative pour montrer aux petits Montréalais que nous étions, que les pommes, c’est pas dans les épiceries qu’elles poussent, mais bien dans les pommiers! Quand ta cour, terrain de jeux privilégié où tu t’épivardes avec tes ami(e)s, est en asphalte et sert régulièrement de stationnement pour le gros Station Wagon (avec faux bois et tout) du voisin d’en bas, aller dans un verger, grimper aux arbres pour décrocher une belle pomme toute rouge et luisante, c’est un événement. Que dis-je: c’est carrément la fête! 

©Hélène Lebon – au verger expérimental IRDA

Pour mes enfants, certes, le contact avec la nature est différent. Dans leur banlieue natale, ils aident souvent maman dans sa chasse aux mauvaises herbes et ramassent les fraises et les framboises plantées par papa. Mais aller aux pommes demeure une activité familiale agréable qu’ils réclament année après année. 

Le plaisir de l’autocueillette se poursuit même une fois revenue à la maison car commence alors la recherche de recettes qui sauront mettre en valeur ce goût si riche et unique de la pomme. Muffins pour déjeuner, croustade pour dessert et chips de pomme en collation! La dent sucrée de l’homme et de mes petits cueilleurs exige que je me concentre surtout sur des recettes de type pâtisserie, mais j’ai déjà fait une salade pomme, fromage et quinoa pas piquée des vers! 

Je parle du plaisir des enfants d’aller aux pommes, mais celui des parents également ne se dément pas. L’autocueillette de ce fruit qui va du vert au rouge en passant par le jaune, est une occasion de refaire de plein de photos de sa progéniture! Un peu comme les traditionnelles photos de petit écolier avec sac à dos et boîte à lunch qui inondent les fils Facebook de nos ami(e)s lors du premier jour d’école, les fins de semaine de septembre sont propices à voir défiler sur les réseaux sociaux une quantité phénoménale de photos de verger et de têtes dans les pommes! 

Cet automne, comme plusieurs, je n’ai pas boudé mon plaisir: je suis allée aux pommes avec les enfants, j’ai refait le plein de photos de famille et je suis revenue les bras chargés de sacs débordant de fruits bien mûrs! Miam!

©Hélène Lebon – IRDA – verger expérimental

Vous aimeriez découvrir ce magnifique verger où nous sommes allés cueillir des pommes et prendre ces belles photos? Rien de plus simple: rendez-vous au verger expérimental du parc national du Mont-Saint-Bruno: IRDA – Verger expérimental. Plusieurs variétés de pommes sont disponibles (vérifiez le dépliant pour les dates d’autocueillette de vos pommes préférées).

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *