LEBON Trait d'union
Lebon Trait d'union
Portraits

L’équipe de notre roadtrip au Canada

Par Hélène Lebon

C’est un peu un remix de Hélène et les garçons, pour ceux qui auront fréquenté le paysage français TV des années 1990. On m’a assez écœurée avec cette émission et pourtant, maintenant, c’est moi qui y fait référence. Mais aujourd’hui, c’est  différent et je me sens presque comme une rockstar qui part sur la route avec son band, avec des arrêts de spectacles prévus aux quatre coins du pays. Même le VR fait un peu bus de tournée. Je pars avec mes gars, je pars pour notre projet, et si la route est longue, le temps à coup sûr, passera vite! 


En plus des contenus que l’on part tourner pour nos partenaires les pieux Vistech/Postech et les Roulottes Lupien, on a prévu nos propres productions. Nos histoires, nos vidéos, nos articles. Parler du voyage oui, du pays aussi, mais surtout parler de ses gens, parler de notre Canada. Alors que j’aspire à devenir Canadienne, alors que Mario et moi allons nous marier en octobre, l’expression proverbiale « qui prend mari, prend pays » relève presque de l’oracle. Mais parce que le Canada c’est aussi grand que son peuple est varié, nous partons faire le tour de « Notre Canada ». Bien sûr c’est un tour qui sera imparfait, bien sûr notre itinéraire ne nous emmènera pas partout, évidemment, on doit rentrer voir notre ado à la maison à un moment donné, et pour sûr, une quarantaine de jours n’offrira qu’un panorama partiel de cette nation. Mais nous aurons la chance de capter son essence, ouvrir la voie, la réflexion, ouvrir le cœur de nos compatriotes et s’extasier un peu, de ce que nous sommes ici. 

Pour embarquer dans cet ambitieux projet et sur la route, il y a Mario bien sûr. Dans la vie comme à la job, on est uni. Cette fois-ci, Ila aussi embarque avec nous et à tous les deux, c’est un peu ma garde rapprochée. 

Il y a également Martin, chauffeur de taxi, voisin, mais surtout grand ami de Mario, il sera notre chauffeur et notre gars des opérations pour tout ce qui a trait au VR. D’aussi loin que je me souvienne, je n’ai pas vraiment vu Mart’ manger des fruits ou des légumes. Sauf des patates dans la poutine, des tomates en sauce sur les pizzas et une fois, des patates douces que j’avais cuisinées au four. Mais il se porte bien et Ila l’adore. Depuis qu’on s’est mis d’accord et qu’on l’a recruté, il compte les dodos et n’oublie pas de nous rappeler combien la date du départ approche. Il fallait voir son sourire, plus grand que sa face, à conduire le VR quand on est allé le récupérer chez Roulottes Lupien.  Voir son sourire assis derrière le volant large comme un plateau de cantine, ses yeux émerveillés derrière le pare-brise qui tient plus de la vitre panoramique que d’un avant de véhicule. 

Il y a Maxime aussi. Un «artiste cartésien » comme il dit. C’est notre directeur photo pour le projet, alors ça colle très bien car ça va lui prendre une belle vision artistique et une organisation au taquet pour suivre le rythme et le plan, tout en profitant du voyage. Il a promis de sortir sa guitare autour du feu de camp et alors, troubadour à ses heures, on entend tirer de lui la trame sonore de nos récits voyageurs et de nos discussions de fin de soirée. Maxime, il a cherché bien des utopies, des endroits supers avec des gens qui rêvent d’être heureux, chacun à leur façon. Il est allé gagner un peu sa vie en Angleterre puis dans l’Ouest canadien, encore que, la richesse qu’il en a tiré n’était pas forcément monétaire. Il a fait son long métrage à partir d’un road trip et attend de celui-ci un rappel, comme quoi « notre monde ne s’arrête pas au bout de notre rue, que d’autres personnes existent, et qu’il faut rester connectés ».

Joël enfin, sera avec nous, comme pilote de drone et caméraman. Collé à sa manette ou à sa Black magic, impossible de manquer notre benjamin! Apprécié pour son caractère aimable et facile, ce natif de Sainte-Hyacinthe a fait bien des détours, avec notamment quelques années à Jonquière, où il a étudié en web et en TV, avant d’arriver à Montréal et de retrouver ses amis. Fan des séries The Office et Losers sur Netflix, il reconnaît qu’il « en tire beaucoup d’inspiration pour son travail, le style documentaire et l’humour de The Office lui ont toujours plu”, et aussi parce que ces séries montrent “qu’on n’est pas au travail pour s’ennuyer et que tout notre parcours, incluant les erreurs, mène à quelque chose de plus grand».

**************

Avec nous aussi, mais pas dans le VR, on pourra compter sur Cheryl et Joanna bien sûr, mais aussi sur Marc et son équipe de post-production chez Productions Kenya, ainsi que sur notre ami et producteur Philip Mandera pour la musique originale. On comptera aussi sur vous, pour suivre nos aventures, nos rencontres et pourquoi pas, nous partager vos bonnes adresses à travers le pays…

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *